Presse

Chronique du HEAVY SOUND WEBZINE parue le 17 déc 2014.

"Le Rock 'N' Roll ne rend pas sage, tout gosse j'avais déjà la rage" ! Vous connaissez sans doute ces paroles de SATAN JOKERS sur l'album legendaire Trop Fou Pour Toi en 1984, ces paroles collent parfaitement à notre quatuor liégeois dont je vais vous parler ! TILL DAWN (ex-JP&Co) vient de sortir son premier album totalement personnel ! Ce groupe incontournable de la scène liégeoise écume les salles de concert du plat pays qui est le nôtre depuis un sacré bout de temps sous l'appelation de JP&Co et s'est forgé une solide réputation en reprenant des titres phare de LED ZEPPELIN, BLACK SABBATH, GLEN HUGHES…etc… !

Fondé autour JP Devaux (ex-MACHIAVEL, LOOP THE LOOP,…) dont le touché de guitare est habité par l'âme du Blues et du Rock Old school teinté de riffs Metal inimitables, JP & Co devient TILL DAWN du nom du titre phare de cet album sorti cette année ! Le bien nommé First ! Ici, pas de covers, que des compos originales ! Un album orienté Heavy Rock. Autour de JP se greffe les corps et les âmes de ce combo Belge ! Richard Fabbro à la basse (ex-RUN AMUCK, LADY LEXX,…) mèlant groove, technique et mélodie, Rich apporte sa science du Rock et du Metal à la section rythmique de TILL DAWN complétée par Sébastien Devaux (fils ainé de JP) à la batterie qui apporte toutes ses qualités, alliant rage, technique, feeling et maîtrise, et enfin, derrière, devant et autour du micro, Philippe LETAWE ! Ce vieux briscard touche à tout est une figure emblématique de la scène Rock et Metal en Belgique ! Il a certainement fait partie de plus de groupes qu'Elisabeth Taylor n'a eu de maris ! Et parfois deux, voire trois en même temps ! Je parle de Phil bien sûr, pas d'Elisabeth !!! Je n'en citerai que quelques uns pour que cette chronique ne se transforme pas en listing d'inventaire de chez Bricorama ! Entre autres, et excusez du peu, IRON MASK, le groupe internationalement connu de Dushan Petrossi (album Revenge Is My Name), POWER, ATLAS, LADY LEXX, GUEST,…! Un timbre chaud, puissant, vibrant et habité par les influences de ses illustres mentors que sont Robert PLANT, Glen HUGHES ou Ronnie James DIO, le chanteur de TILL DAWN n'est pas en reste pour vous mettre K.O quand la hargne et la rage Heavy prend le pas ou vous hyptotiser quand sa voix se veut envoûtante et imprégnée de Blues Rock ! Musicalement, TILL DAWN est définitivement un fils du grand Heavy Rock ! Preuve en est sur "Now I know" qui ouvre ce First. Il en va de même sur "Stranger" et "All That Glitters" ! Le Blues n'est jamais très loin ! L'émotion pure des deux courants musicaux propre à TILL DAWN prend toute son identité sur le titre "Till Dawn" (qui possède aussi un petit côté Rock progressif très intéressant) et "Sister" ! Quant à "Miracle" et "She's Raw" entre autres, et la superbe ballade "Sad And Lonely", les fans du groupe hollandais de Leon Goewie, VENGEANCE, devraient être conquis ! Vous comprendrez donc ces paroles de début de chronique que je prenais comme référence pour décrire l'état d'esprit de TILL DAWN ! Puristes et amoureux de la grande époque du Heavy Rock, penchez vous sur ce quatuor qui sent bon le Rock, le Hard Rock et la route 66 ! Et qui sait, si ce groupe Liégeois passe près de chez vous, n'hésitez pas, vous aurez votre pesant en pepites Rock en découvrant ce groupe en live ! A noter que TILL DAWN travaille déjà sur le successeur de First qui, selon les dires des protagonistes, se devrait d'être plus lourd et plus brut !

Phil Pkms NEUVILLE

Chronique de Pascal Wan Vanhoren. Le 8 aout 2014

Il est toujours délicat de chroniquer l'album d'un groupe que l'on connaît. Lorsque Syl, la manager de Till Dawn, m'a contacté pour que j'écrive un papier, elle a bien insisté : « Sois impartial ». Je vais donc m'efforcer de l'être. La première règle de l'impartialité était donc de vous informer, vous lecteurs, que ce groupe n'est pas un inconnu pour moi, mais bien un groupe d'amis musiciens sur le quel on me demande de donner un avis objectif.
L'album, qui comporte dix titres pour une durée de 48 minutes, se nomme fort justement 'First'. Le groupe est composé de quatre musiciens au bagage solide, on y retrouve d'anciens membres de Machiavel, Iron Mask, Run Amuck, … On peut donc s'attendre à un niveau musical de qualité, et heureusement, la qualité est là.
Sans démonstrations inutiles, Till Dawn aligne les titres dans une veine classique hard/heavy teintée d'une touche de blues. Les images qui viennent à l'esprit évoquent les années 70/80 avec des groupes comme Whitesnake ou Thin Lizzy.
À ce titre, la voix de Phil Letawe me semble avoir pris non de la bouteille, mais une bonne dose de fumée. Il est plus rauque, plus incisif aussi, ce qui se marie très bien avec le genre. Les musiciens ne sont bien sûr pas en reste, si le jeu de JP Devaux est très classique, ses riffs sont néanmoins inspirés, captant l'attention dès la première note. C'est à mon avis un très bon point dans une époque où l'on oublie souvent l'essentiel, à savoir accrocher le public. La basse de Richard Fabbro ronfle de manière agréable. Ici pas de jeu agressif à l'onglet, mais un beau son rond et chaleureux. Mon gros coup de coeur, alors que c'est l'un de ceux que je connais personnellement le moins, ira à Sébastien Devaux pour son jeu de batterie qui ne se contente pas d'aligner les plans très carrés que l'on pourrait associer d'instinct. Non, le bonhomme se défonce pour ne pas aller dans le convenu, et c'est très bien.
Certains déplorent parfois la présence de ballades sur les albums rock, il y en a ici, et c'est l'un des points les plus forts de l'album. Maintenant, si vous n'aimez vraiment pas ça, je ne peux rien faire pour vous.
Ah oui, je dois être OB-JEC-TIF… Il y a un point qui me dérange, et je veux toutefois le nuancer.
Le son de l'album manque de profondeur. Ce que j'aime dans le gros rock, c'est l'ambiance, son côté stadium rock. Ici, on est vraiment dans le petit club enfumé. Est ce voulu ? Je n'en sais rien. Mais pour moi, il aurait fallu travailler les réverbs pour donner plus d'ampleur, d'espace. Je suis persuadé que cela aurait donné une toute autre force aux morceaux (surtout un titre comme 'The Miracle'). Le son est globalement trop sec. Cela dit, il s'agit d'une autoproduction, avec ce que cela implique de limitations techniques, et le résultat est très correct, bien mixé et clair.
Faut il donner une note à l'album ? Je préfère lui en donner deux : Musique 8/10 – Production 6/10
Un dernier point, car les groupes ne sont pas que des Cds, allez voir Till Dawn en live, c'est là qu'ils prennent toute leur saveur.

- Wan -

Chronique du Metal Obs Le 25 avril 2014

Till Dawn nous vient de Belgique et nous livre sa première réalisation, teintée tantôt de classic rock - l’enlevé « The Miracle » au riff tourbillonnant – tantôt de heavy rock - le bouillant « She’s Raw » et le mélodique « Fly Away » qui renvoient aux formations des années 80 – et parfois de blues épais - « Till Dawn ». Si l’ensemble est cohérent, joué par des musiciens qui connaissent leur métier, on peut regretter une production assez sourde qui manque de dynamisme, ce qui dessert certains morceaux lents comme « Now I Know » qui ouvre étrangement l’album. C’est un peu dommage, mais n’oublions pas que c’est une autoproduction et que la qualité des compositions nous fait néanmoins passer un très bon moment ; « Sister », qui clôt le bal, en apporte une preuve flagrante. Ce groupe possède un indéniable talent mais a mal ordonné son album car les titres les plus faibles sont sans doute les trois premiers. Ne vous y arrêtez pas pour atteindre directement les pépites qu’il renferme.

Denis Labbé

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License